L’ecole ? C’est quoi ca, deja ?

Publié: 05/07/2010 dans Pedagogies dites "alternatives"

Je suis etonnee, les mois passant, de lire de + en + de choses et surtout de decouvrir de + en + de blogs sur des familles pratiquant l’ecole a la maison, le Homeschooling, la « non-sco », l' »unschooling »

Il semble que ce qui etait une pratique tres minoritaire il y a quelques annees est en train d’exploser. En France, les chiffres sont peu fiables visiblement : il y a les eleves suivant les cours du CNED et ceux qui ne sont inscrit nulle part. Les chiffres ressemblent a ceux d’une manif : il y a ceux du gouvernement, et ceux des associations…

Dans d’autres pays, cette pratique est assez courante (aux US par exemple). Peut-etre parce que, si on etait en avance au XVIIIeme siecle, faudrait arreter de se reposer sur nos lauriers : on est sacrement a la bourre aujourd’hui dans plein de domaines concernant la famille !!

On se pose tellement de questions sur l’ecole a la maison quand on ne connait pas ! On a tellement d’apriori, d’idees recues. Et c’est normal finalement, on nous a tellement bourre le crane avec l’Ecole…

Comme je ne suis pas une specialiste, comme je decouvre, certes depuis qq mois maintenant, je prefere laisser la parole a quelqu’un d’autre, pour cette premiere approche… Histoire que vous vous fassiez votre idee vous-meme… Ca fait bp a lire  (c’est pour ca que je vous mets des couleurs, des trucs en gras, des paragraphes, c’est + digeste :)) mais je vous assure que c’est passionnant !

Extraits d’un article lu dans L’Ecole en Pyjama :

« Car le pays se méfie de l’instruction en famille (IEF), craignant qu’elle ne masque maltraitances et dérives sectaires. En 1998, une loi renforçant les contrôles est votée. Au Sénat, Ségolène Royal s’inquiète : « La scolarisation des enfants doit être la règle […] Interdire à l’enfant cette expérience fondamentale, c’est l’exclure de l’humanité, c’est le soumettre aux hasards des influences, c’est le rendre plus vulnérable en le faisant moins libre. » Bigre ! Carremetn ! Segolene y va un peu comme fort… (comme d’hab…)

Surmontant ces « préjugés », nous nous sommes donc rendus dans des familles « non sco ». Surprise : ce ne sont pas ces parents raidis de principes, soucieux de contrôler étroitement leur progéniture, mais des familles plutôt « no logo », souhaitant éduquer leurs enfants « sans violence » mais non sans règles, et se mettre à l’écoute de leur spontanéité. Leur but : en faire des individus sûrs d’eux-mêmes, responsables et libres.

Claudia Renau a ainsi beaucoup réfléchi à l’éducation. C’est bien normal : elle était professeur d’histoire-géographie. « Il suffit d’interroger des élèves trois semaines après la leçon pour s’en rendre compte : ils ne se souviennent de rien. L’école ne s’appuie pas sur la motivation des enfants et échoue à transmettre les savoirs. Par contre, elle excelle à transmettre les valeurs souterraines de la société : la compétition, la soumission à la hiérarchie. » Claudia est donc aujourd’hui une adepte de l’ unschooling. Ouh… que je suis d’accord avec elle !!

N’est-elle pas épuisée, cette mère, de vivre en permanence avec ses enfants et de répondre à leurs multiples sollicitations ? « Je leur accorde une disponibilité totale discontinue, explique-t-elle. En répondant immédiatement à leurs demandes, je leur permets de s’occuper seules. » Le pis, c’est que ça semble marcher ! Quatre heures durant, pas une dispute, pas un caprice. Ultime pied de nez : en face des fenêtres familiales, l’école primaire. A intervalles réguliers, la quiétude de l’appartement est troublée par les hurlements de ceux qui, soumis à une contrainte si peu naturelle, hurlent leur soulagement dans la cour de récréation.

Bien, mais la socialisation des filles ? Claudia sourit. Elle est « relais Paris » de l’association Les Enfants d’abord, et c’est elle qui organise le calendrier des activités. Toutes les semaines, un atelier de bricolage, une visite à la Cité des sciences, une initiation au cirque, au foot, etc. « Les enfants ne limitent pas leurs relations à des camarades issus du même milieu social ni du même âge. » La vraie mixité sociale et affective, c’est l’IEF qui la réaliserait.

***

Ils ont passé leur brevet ensemble en 2005 : Océane avait 12 ans et mettait les pieds au collège pour la première fois. Cette épreuve n’avait rien d’une formalité : les candidats libres doivent passer toutes les matières, et ils en ont gardé un souvenir mitigé. Trop difficile ? Euh, non : trop facile ! « On a révisé pendant des semaines, le programme était très vaste, mais les questions étaient élémentaires. »

***

Dali aussi a beaucoup réfléchi : pourquoi cumuler deux salaires, consommer toujours plus et livrer ses enfants à ce « non-sens éducatif » qu’est l’école ? « Les élèves y vont par classe d’âge, séparés des aînés et ligués contre les adultes, alors que les enfants ne peuvent apprendre que par l’imitation ! »

Gisèle George (1) est pédopsychiatre et comprend les « non sco ». « L’école française est tellement stressante, tellement peu adaptée aux enfants différents. »

Certains ados sont pourtant curieux d’essayer l’école. Mickael, notamment, voulait savoir comment c’était, le lycée. « J’ai tenu trois mois. Quelle perte de temps ! Cinq à sept heures de cours par jour alors qu’à la maison, en deux heures, c’est plié. » Elsa Magnier a eu exactement la même expérience : « Quand j’ai repris le lycée en terminale, j’ai dû laisser tomber toutes mes activités. Etre enfermée six heures à ne rien faire m’épuisait. »

***

Aucune difficulté ne semble insurmontable aux familles, si ce n’est… ces fichus contrôles de l’inspection ! Des histoires terribles circulent sur le Net, comme celle de cette mère suspectée de dérives sectaires parce qu’elle faisait du yoga ! On n’ose y croire, mais la lettre que Claire a reçue de l’inspection académique est, elle, bien réelle : on lui refuse l’instruction en famille au prétexte que sa fille de 7 ans atteint, en fin de CP, un niveau de lecture de milieu de CP ! De la part d’une institution qui envoie bon an mal an 15 % d’illettrés au collège, cela ne manque pas de sel ! « L’école n’a qu’une obligation de moyens. Nous, une obligation de résultats »,

***

En France, on pense volontiers que l’Etat fait mieux que l’individu, y compris en matière d’éducation. Aux Etats-Unis, on fait davantage confiance à la famille. Il y aurait 2 millions de home schoolers et pas seulement pour des motifs religieux. Des études ont montré que non seulement le quart de ces enfants avaient au moins un an d’avance sur les autres, mais que, contrairement à leurs pairs scolarisés, leurs origines sociales ou ethniques ne pesaient pas sur leurs résultats.

***

Je ne sais pas vous, mais moi, a la fin de l’article, et apres diverses lectures paralleles, j’avais presque envie de tenter l’experience !

Sauf que… l’annee prochaine, c’est Montessori pour mes minus.. Ce serait dommage de rater ca ! Et puis… je l’avoue, conditionnee par cette societe, ca me fait un peu peur de me retrouver a la maison, 24h/24, avec Eliott et Hanae !

En + a Dubai……..: pas de bibliotheque (ca me manque terriblement… pour moi un peu, pour eux bp, j’ai des super souvenirs de mes sorties a la bibliotheque avec ma mere, des livres empruntes, des Yoko Tsuno…), une nature quasi inexistante, pas de saisons, pas d’animaux (a part quelques pigeons en ville, des chameaux et des biquettes !) tres peu d’activites ludiques et intelligentes pour les enfants, trop de route, trop de chaleur, 5 mois dans l’annee… tres peu d’occasion de bricoler, pas de balade hors montagne desertique et desert… desertique, sans oublier le + important : pas de musees, pas d’expo, pas de culture… ou SI PEU !!!!!! On a deja fait le tour…

En France, les parents s’organisent en reseaux, dans les grandes villes, ils organisent des sorties, des activites, se rencontrent, echangent, partagent via internet leurs ressources… C’est un nouveau monde qui s’ouvre aux parents ! (ceux qui ont les moyens de ne vivre que sur 1 salaire en tout cas… a quand une retribution pour ecole a la maison ? Apres tout, ca fait des livres en moins pour l’EN a produire chaque annee !!)

Et il existe auj quantite de ressources sur internet (blogs, sites, plateformes de partage…) sur le sujet. De quoi etre bien entoure…

***

ps: apres avoir lu, lu, lu et encore… lu, j’ai pousse ma reflexion sur le sujet… vous risquez donc de m’entendre encore parler d’ecole a la maison !

Publicités
commentaires
  1. kiki dit :

    Mouais moi perso ça ne me tente pas plus que ça…s’il le fallait bien sûr que je le ferai mais franchement ils aiment tellement aller à l’école et n’ont pas besoin d’hurler à la sortie…L’école c’est aussi être au milieu des autres, de tous milieux et origines différentes, c’est apprendre à aider celui en difficulté (en tous cas ici ça se fait…par exemple ma grande parfois restait à la récré pour aider un élève qui n’avait pas compris une leçon, un exercice et ce volontairement), c’est se faire des amis et apprendre aussi la vie (quand on a des copines qui changent d’humeur comme de jupe etc etc….)…
    Je pense que l’école peut leur apporter beaucoup…et ça n’empêche pas de faire plein de choses « culturelle » à la maison…je n’ai pas attendu l’école pour leur faire découvrir des tas de choses, sans non plus les gaver, c’est difficile à expliquer ce que j’essaie de dire…Et je suis là pour les devoirs, les leçons, valider tout, expliquer si besoin…
    Je pense que les parents et les enseignants forment une équipe et apporte des choses différentes et constructives à l’enfant…suis je toujours bien tombée côté école pour penser cela je ne sais pas mais il y a des instits formidables qui apportent beaucoup aux enfants.
    Je ne sais pas si j’ai réussi à faire passer ce que je voulais dire sans dénigrer l’école à la maison, ce n’est pas du tout le but car je suis sûre qu’il y a des bons côtés!

  2. mariemic dit :

    Non, non… je ne trouve pas ton message denigrant !
    Je ne tente pas non plus de denigrer les instit en general, mais les fondements de l’Ecole en general… (cf dernier message sur Ken Robinson par ex), il y a des instit qui sont formidables, hyper volontaires, ouverts, etc… avec lesquels les enfants s’ouvrent reellement

    Apres, ca se joue a un autre niveau : nous avons tous, en nous, des attentes differentes, et stt des vecus differents. Il y a des enfants qui ont ete « passes a la moulinette » par l’ecole, et il y a ceux qui s’y plaisent enormement. (et puis aussi ceux qui suivent sans se poser de questions. et qui y perdent bp)

    Et il y a forcement les reflexions de ces enfants qui ont grandi et sont devenus des parents : je ne veux pas de ca pour mes enfants parce que moi, j’aurais aime autre chose. Parce que moi j’y ai perdu une partie de moi au passage. Je ne dis que mes enfants seront forcement comme moi, mais je veux tenter autre chose… Ca peut etre Montessori, ca peut etre du homeschooling… ca dependra de la ou on sera :))

    Les lectures sur le sujet me prouvent tous les jours un peu + que ces enfants « descolarises » sont heureux, ont un vrai reseau social, ont des amis, de tous les ages, de toutes sortes… Ils ne sont pas isoles et laisses « a l’abandon » a jouer aux jeux videos toute la journee ou dans une secte ! Au contraire, ce sont souvent des enfants tres « riches »

    (et je ne dis pas que les enfants scolarises ne sont pas « riches » hein, on se comprend……..)_

  3. kiki dit :

    Oui oui on se comprend ;-)…pas de soucis!

  4. mikkart dit :

    Et puis il faut prendre en compte également les capacités des enfants.

    L’école à la maison ou un autre type d’éducation alternative n’est peut-être pas non plus adaptée à tout le monde.

    Comme a contrario, très peu d’écoles sont adaptées aux enfants précoces..

    L’école traditionnelle agit plutôt comme élément destructeur du potentiel de ces enfants, en leur enlevant toute capacité créative. Pour certains qui arrivent a s’adapter plus ou moins au moule de l’école en mettant de côté une grande partie de leur originalité, ça se passe souvent mal une fois adulte..

    L’école à la maison est peut-être plus adaptée aux enfants précoces, pourvu qu’on ne les coupe pas de leurs camarades du même âge et comme eux (vu que de toute façon, on est assez coupé de nos camarades du même âge à l’école).. Mais l’école à la maison ne veut pas dire école solitaire, contrairement à ce que bcp pensent !

    Mr Doudou, qui aurait certainement aimé avoir accès à une école différente en étant petit !!!

  5. Mel dit :

    Je pense que l’école en général et le système éducatif français en particulier sont très bons tant que l’enfant n’a pas de problèmes (résultats, discipline…)

    J’ai toujours eu des facilités à l’école et j’ai toujours adoré ça. Mes frères, au contraire, ont eu les pires difficultés et se sont bien vite retrouvés au fond de la classe avec une étiquette « enfant difficile », « cancre », « mauvais caractère ». Ils ont trouvé « leur » voie : mécanique pour l’un et cuisine pour l’autre et ce sont vite retrouvés « premier de la classe » avec les félicitations des profs. Ma mère n’a jamais dénigré les filières professionnelles comme peuvent le faire d’autres parents et a encouragé (contre l’avis des responsables éducatifs) mes frères en ce sens. Ils se sont trouvés, je dirais même retrouvés et ont pris confiance en eux.

    Il y a quelques temps, j’étais en vacances et ai rencontré une expatriée française qui avait 2 fils (environ 22 et 18 ans). Le premier, parfait, adapté est retourné en France après avoir suivi le cursus Lycée français dans différents pays pour poursuivre de hautes études. Le deuxième n’a pas réussi à s’adapter aux lycées français et s’est vite retrouvé marginalisé. La mère qui parlait de son premier enfant avec fierté, dénigrait le deuxième « Il ne fait rien, il reste à la maison toute la journée devant ses jeux vidéos, il est introverti… » J’en passe et des meilleures… J’étais outrée que l’on puisse parler de son enfant de cette manière.
    Dans la même soirée, je me retrouve à parler avec son fils (je suis curieuse et j’aime pas rester sur l’avis d’une personne, surtout quand j’aime pas cet avis). Je me suis retrouvée face à un ado charmant, gentil et très ouvert. Quand sa mère nous a rejoint, il est redevenu l’enfant introverti, elle répondait pour lui aux questions que je lui posais. C’était surréaliste !

    Pour moi, ce n’est pas l’enfant qui doit s’adapter à l’école mais l’école qui doit s’adapter. Et c’est ça que le système français, les profs et beaucoup de parents, refusent de comprendre.

    • mariemic dit :

      oh comme je suis d’accord !! Malheureusement, je ne sais pas comment l’Ecole peut encore « s’adapter » auj… des qu’on essaie de changer un mini truc, ca y est, tout le monde crie au scandale et les profs sont dans la rue…

      Alors changer le systeme entier… !

      C’est bien pour ca que je pense qu’il est aussi (et d’abord?) essentiel de ne pas mettre des batons dans les roues et de favoriser les « autres » voies… : filieres professionnelles, scolarite a la maison, pedagogies alternatives… Vouloir fondre les enfants dans un moule universitaire, ultra generaliste et base sur le gavage de connaissance est une chose, mepriser et empecher ceux qui veulent y echapper en est une autre…

      ________________________________

      • kiki dit :

        Je ne suis pas totalement en désaccord avec ce que vous dîtes.

        Est ce parce que mes enfants ont plutôt de grandes facilités qu’ils rentrent « dans le moule » et qu’ils ont à chaque fois eu des instits vraiment bien que je ne suis aussi catégorique sur le système scolaire français…mais je ne me contente pas de ça non plus on fait des tas de choses ensemble en dehors de l’école que ce soit au niveau artistique que culturelle.

        Je suis d’accord qu’il y a beaucoup de choses à faire, à réformer, que l’école doit plus s’adapter à l’enfant…après il y a les parents qui jouent un rôle fondamental et tant que l’école n’évoluera pas c’est à nous d’apporter ce qu’ils n’y trouvent pas pour ne pas se sentir dans un moule sans pouvoir en sortir.
        J’arrive à comprendre que certains parents fassent un choix différents en s’orientant vers d’autres façons d’apprendre, ce sont des parents tous aussi attentifs que ceux qui les y laissent mais qui sont « avec eux » sans les pousser, sans les laisser seuls, en leur apportant beaucoup à côté comme on le fait nous…
        Tous ces parents sont de BONS parents!

        Ce que je n’aime pas c’est le mépris de l’un ou de l’autre choix…le principal c’est que l’enfant soit bien et heureux…

        Ce que je n’aime pas ce sont les parents qui démissionnent, les parents qui à part la télé ou les jeux vidéos n’ont rien à proposer à leur enfant, les parents qui se fichent royalement des devoirs, des leçons, des difficultés de leur enfants et malheureusement il y en a beaucoup, les parents qui laissent tout faire à leur enfant, non non non!!!

  6. Aline dit :

    Je suis en pleine réflexion sur le sujet, submergée par tous ces questionnements, je les vis de l’intérieur, de l’extérieur, de partout, cela m’épuise… En tant qu’instit, et éduc Montessori, je ne m’y retrouve plus en ce moment… mon plus grand va entrer en CP à la rentrée, avec une instit que je trouve humainement très très limite… sans parler du contenu… J’ai pensé à arrêter mon travail, à faire l’école à la maison, mais mon fils ADORE l’école parce qu’il y rencontre les autres. Cela me fend le coeur de le changer d’école, car je sais que cela va le perturber de quitter ses amis.
    Difficile aussi de se dire que l’on a été formé à une pédagogie si remarquable, que mes enfants ne découvriront pas à l’école…

    • mariemic dit :

      je te comprends !

      j’ai la chance d’avoir « le choix » : soit on reste ici (Dubai), ou on part ailleurs a l’etranger, et on reste en structure Montessori (ou c’est bien + developpe et ou stt la scolarite est payee par les boites quand on est expat….), soit on rentre en France, et…. et ma reflexion, notre nouvelle facon de voir notre vie, mes priorites que je decouvre petit a petit,,,, me pousseront a envisager serieusement l’ecole a la maison !

      Encore une fois, la grande question est celle de la socialisation… ecole a la maison dans une grande ville, en reseau… ca ne doit pas etre la meme chose qu’ecole a la maison a la campagne, quand on est seul ou qu’on se compte sur les doigts de la main…

      Ma reflexion la + difficile etant « Puis-je avoir developpe toutes ces reflexions, connaitre les derives de l’EN, ses pbs de methodes… et accepter d’y mettre mes enfants, en me disant que je leur ferais voir les choses autrement a la maison ? » Je ne veux pas les « surcharger », ils vont deja passer 6 a 8h assis derriere un bureau a l’ecole, a emmagasiner des connaissances… ! Et puis on retombe sur le debat d’auj lance par Laet sur le blog du Monde des Enfants,…

      Bon bref, ce n’est pas simple !

      ________________________________

  7. solene dit :

    article tres interessant que j’avais deja lu mais que j’ai pris plaisir a relire pour me rappeler ce que je veux pour mes enfants et surtout ce que je ne veux pas!
    mon aine a connu des ses 13 mois le systeme Montessori et progresse tres bien avec. Malheureusement, en Martinique il n’y a qu’une creche avec des activites M.
    Du coup il a integre le systeme « classique » qui ne lui convient pas bien, trop en avance dans certaines matieres, en retard sur d’autres, et « ca perturbe l’organisation de la classe » m’avait dit la maitresse en petite section.
    Cette annee, chez les moyens, il a eu une super maitresse qui a de suite su l’interesser et surtout l’integrer au groupe des « grands » tout en lui faisant travailler ses lacunes en langage 10 min par jour seul + 30 min par semaine en groupe. Mais c’est tellement rare de voir une instit qui s’investit et trouve des methodes paralleles pour faire evoluer un enfant…
    Nous poursuivons les activites Montessori a la maison et complete ainsi ce qu’il apprend a l’ecole ou il adore aller. Je ne suis pas prete pour autant a faire l’ecole a la maison entierement…
    Pour le cadet, c’est plus difficile, il a du mal a se mettre aux activites Montessori que je lui propose… on verra avec son entree en maternelle en septembre.

    Je trouve vraiment tres interressant tous ces questionnements et de voir que l’on n’est pas tout seul a y reflechir! merci pour ce riche partage d’idees!
    a bientot!

  8. mariemic dit :

    Ca me fait dire encore une fois, que tous les enfants ne sont pas adaptes a Montessori, comme tous les enfants ne sont pas adaptes a l’EN… Sans aucun jugement de valeur ou autre…
    La base de la reflexion etant que nous avons tous des moyens d’apprentissage et des rythmes differents, c’est ainsi + ouvert

    Je suis un peu « extremiste » parfois dans mes reflexions mais c’est normal, je commence… c’est comme d’arriver a Dubai : on adore, puis on deteste, puis on etablit un equilibre (hum… avant de comprendre qu’on voudrait etre ailleurs ? :))

  9. solene dit :

    mais non! laisses toi encore le temps de trouver ton equilibre… lol

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s