Les 4 formes d’autorite

Publié: 13/07/2010 dans Etre parent

Selon Thomas Gordon, tire de ce livre.

Evidemment… je vous le conseille tres fortement !

Parce que 1-il n’est vraiment pas cher, donc pas d’excuse bidon, 2- des les premieres pages, on prend conscience de quelque chose de fondamental…

Je ne vais pas vous faire un resume du bouquin, parce que je ne l’ai pas fini d’abord… et ensuite que je vous laisse le decouvrir. Et puis il y aurait trop a ecrire !

Je prefere cibler sur ce qu’il decrit comme les 4 formes d’autorite, dont nous n’avons pas vraiment conscience, et pour lesquelles nous faisons un joyeux meli-melo :

Les 3 premieres sont de « bonnes autorites », elles sont positives et « influencent » les enfants. La 4eme, est fondee sur la domination. Elle entraine crainte, mefiance, et/ou hostilite ouverte. Et pourtant, c’est celle qu’on nous « conseille » d’utiliser le + en tant que parent !!!


1- L’autorite fondee sur l’experience. Elle est souvent acquise, est globalement positive. (Une que l’on retrouve souvent dans le couple : « j’ai le sens de l’orientation, c’est moi qui conduis », « Je suis super bonne cuisiniere, toi tu ne fais que des pates« , et ce genre de choses… Ok…)

2- L’autorite fondee sur la position. Elle est reconnue et acceptee par tous, du moins tant que les-dites positions ne sont pas « usurpees » (un patron incompetent par ex) (les positions hierarchiques du travail par ex)

3- L’autorite fondee sur des ententes informelles. Elle est basee sur des engagements personnels. « Je prefere le menage, tu fais la vaisselle », « Tu emmene les enfants au cine, moi je fais les courses »…

4- L’autorite fondee sur le pouvoir. Je prends le pouvoir, tu obeis.

Il y a, dans notre societe, une totale confusion entre les differentes sortes d’autorites, fondees sur le pouvoir ou l’experience…

-> Pour les 3 premieres, on va dire que la personne « fait autorite » (alors, on la juge legitime, on l’ecoute, on la respecte, on « obeit » = le resultat est positif et tout le monde est content et profite).

-> Pour la 4eme, la personne est autoritaire (on la craint, on se soumet, ou alors on se rebelle = le resultat est nul, le conflit arrive)

Histoire de prendre du recul avec tous les psychologues, psychanalystes ect… voila une citation d’un psychanalyste pour enfants, de 1980 : « Le regle d’or pour tout parent qui desire demeurer sain d’esprit, c’est d’obtenir et de garder le controle. Il faut dominer un enfant avant de le soutenir et de l’aimer« 

!!! On a fait du chemin depuis !! (enfin…. c’est encore loin d’etre le cas de tout le monde malheureusement…)

Mais quelle difference alors, me direz-vous ? Est-ce que Thomas Gordon n’est pas juste un psychologue de +, a proposer une « autre » theorie sur l’autorite ??

… Peut-etre. Mais apres, la grande difference, vous la sentirez tout seuls, face a vous-meme : on nous demande d’etre autoritaire (les psy, les medias, la societe, la famille…), on nous dit que cette autorite, les enfants la reclament, qu’elle est necessaire, on nous dit que tant qu’on aime nos enfants, elle est « positive ». On nous dit que de toute maniere nos enfants nous aiment inconditionnellement…

Mais alors…. pourquoi y a-t-il toujours, et meme de + en +, de problemes face a l’autorite des parents, des professeurs ? Pourquoi malgre nos cris, nos remontrances, et nos empoignades un peu trop brusques, nos enfants continuent-ils de se comporter exactement de la meme maniere qu’avant ? Pourquoi « manifestent-ils autant de resistance, d’hostilite et d’irrespect pour les adultes qui font usage de cette autorite ? »

Et surtout… pourquoi nous sentons-nous aussi coupables, apres les cris, apres les punitions ? Pourquoi retournons-nous nous excuser (pour ceux qui ont le courage de le faire) ?

Il y a tellement de gens qui considerent que tous ces conflits sont « normaux », qu’il n’y a qu’une voie, celle de la domination des enfants, des cris, des coleres, des « caprices » (JAMAIS je n’utilise ce mot avec mes enfants…), que l’affrontement est inevitable et naturel, pourquoi vouloir trouver un autre chemin ?? Je trouve ca tellement triste de voir ces rapports de force comme « normaux », comme une etape necessaire de la relation parent/enfant…

Je considere que c’est extremement difficile de reussir a vivre avec ses enfants sans jamais leur crier dessus, sans jamais les empoigner par le bras pendant qu’ils se frappent, abiment volontairement quelque chose, ou meme crient eux-meme, sans jamais les menacer d’une punition dont ils n’ont de toute maniere aucune peur.

C’est un long chemin, et le premier pas sur ce chemin, c’est de travailler sur SOI-MEME :

Pourquoi je crie ? Pourquoi je m’enerve plus facilement apres mon fils, ou ma fille ? Pourquoi, alors que j’ai tjs deteste ca quand j’etais enfant, je leur ressors les memes phrases que mes propres parents ? (le traditionnel : « je veux pas savoir qui a commence » par ex...)

Pourquoi est-ce que je sens toute cette colere monter en moi pour un geste malheureux, pour un incident mineur ?

Suis-je vraiment en colere contre mes enfants, ou est-ce que je ne les utilise pas comme une soupape de securite, parce que c’est tellement + facile, face a des etres plus faibles que moi ?

***

Je pense que ce sont les vraies questions que l’on doit tous se poser en tant que parent…

***

Il n’y a que grace a ce questionnement, je pense, que nous apprendrons a decharger nos enfants de nos propres problemes, et pourrons les regarder avec des yeux vides de toute rancoeur, de toute colere inappropriees.

Il n’y a aussi que grace a ce questionnement incessant, que nous pourrons les regarder partir, tracer leur propre chemin, avec une vraie Liberte.

***

Je finis sur une autre idee tiree du livre :

Les parents et les professeurs autoritaires dominent et commandent. Les parents permissifs laisser les enfants dominer et commander. Mais il y a une 3eme voie ! Ca n’est pas blanc ou noir…

La 3eme voie, c’est de modifier notre perception des enfants, et donc notre facon de les traiter.

Les methodes instructives, influencent l’enfant. Ils reduisent leur tendance naturelle a resister aux changements, grace a cela, les enfants apprennent a modifier eux-memes leur comportement, et respectent les regles qui ont ete conclues en discussion avec l’adulte.

Parce qu’ils ont ete ecoutes, respectes. Parce qu’on les a pris en compte, et qu’on n’a pas decide pour eux en les ignorant, juste parce qu’ils sont « petits », juste parce que ce sont des « enfants »…

Publicités
commentaires
  1. Anne dit :

    Juste un mot ce soir ! A ton avis, pourquoi la colère est-elle classée, dans la religion chrétienne, comme LE péché capital ? Car au fond de la colère, il y a le mal, celui que l’on fait à l’autre, et celui que l’on se fait à soi…

  2. mariemic dit :

    La religion chretienne….. encore et tjs !! Et tjs sous des formes derivees, nocives et mal comprises…

    Pouquoi en revient-on tjs la ? Est-ce qu’on arrivera a se debarrasser de ces debris de croyance, quit a revenir, pour certains, vers une nouvelle Foi debarrassee de ses impuretes et de ses derives, et pour d’autres, vers la Foi…en soi par exemple ? En la Vie tout simplement ?

    Ca apporterais tellement +… Ca nous libererait tellement !!

  3. Mel dit :

    Ah l’autorité et le pouvoir… Moi je me bats à un niveau presque moyenâgeux pour l’interdiction du bâton dans les écoles, utilisé par les professeurs pas seulement pour la discipline mais quand l’élève fait une erreur! Car bien entendu l’enfant apprendra bien plus vite si on lui file un bon coup de bâton pour retenir qu’il y a un « s » au pluriel……….

    Que ce soit en Inde, à Haiti ou en Afghanistan, je n’ai réussi, après maintes formations sur la violence, l’éducation à la paix ou l’intérêt de l’erreur dans l’apprentissage, qu’à interdire l’usage du bâton qu’en ma présence! Combien de fois, j’ai surpris le professeur cacher son bâton en m’entendant arriver.

    Bon c’est un autre niveau de domination bien-sûr mais même en France, encore beaucoup trop de parents frappent leurs enfants en se justifiant par le fait que eux aussi ont reçu des corrections petit et que ça fait partie intégrante de l’éducation!

  4. lapetiteecoledelina dit :

    Je pars du principe que la colère est l’expression d’un besoin non satisfait et pas d’un mal qui est là pour embêter le parent … Ca me fait peur de lire que la colère est un péché capital soit comme le mal, en tous cas et qu’on apprenne cela aux enfants…

  5. Charlotte dit :

    Merci pour se resumer, en effet aucune excuse pour ne pas le lire. Il me parait plus adapte peut etre a des petits en devenir (et des parents qui se construisent tous les jours) plutot que « Parents Efficaces 2 » (le retour) qui me semble mieux adapter aux plus grands enfants.

    Bref, encore un bouquin a rajouter a la liste des ouacances…

  6. Charlotte dit :

    et desolee pour les foootes d’orthographe… ca m’apprendra a ne pas me relire et a ecrire fatiguee…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s